- a l a r b a t t e -

- a l a r b a t t e -

JAPON -2006 (Hokkaido - NIseko)

HOKKAIDO 2006 (Niseko)

 

Encore un pays de traditions, un archipel aux milles et une facettes très peu parcouru en ski de randonnée... d'où notre envie depuis bien longtemps de découvrir cet univers blanc et glacé coincé entre la mer du Japon, l'océan Pacifique et la terrible banquise de la "mer d'OKhotsk" où l'on peut apercevoir quelques spécimens de phoques et d'otaries et d'où partent bien souvent les dépressions qui apporte ces hauteurs de neige phénoménales !
Pour cette première  skis, n
ous sommes partis à la découverte de l'île la plus au nord du pays: HOKKAIDO, les Japonais la surnomme eux-mêmes la "dernière frontière", un endroit ou se mêle et s'entrechoquent les plus beaux paysages et où il n'est pas rare d'apercevoir des ours bruns ou autres phoques et otaries  ...

 

L'origine du ski au Japon n'est pas si ancienne puisqu'elle remonte à 1911, date à laquelle elle est encore très peu développé!
Il faudra attendre les années 1970 pour que l'on voit l'essor de quelques stations de skis, puis par la suite ce sont les jeux Olympiques de Sapporo en 1972 qui se chargeront de la promotion du sport. 

 

 

Comment se rendre au Japon ?

 

Une fois encore, le meilleur rapport qualité-prix se trouve sur les compagnies du Golfe (entre autre EMIRATES) tout en sachant que les attentes en transit sont sensiblement plus longue (moins d'accepter de payer un peu plus cher), le hic, c'est que les places sont réservées longtemps, très longtemps  l'avance .... alors au cas où, n'oubliez pas que les compagnies Japonaises (JAL ou ANA) ne sont pas mal non plus et leur services particulièrement fiables - Attention sur ANA (Boeing 787) tout de même pour les grands gabarits, si la place aux sièges ne manque pas, c'est le dossier qui ne s'allonge que très peu qui pourra poser "soucis" sur un vol d'environ 11 h00....cependant les services et les transferts sont tellement simples, le sourire des hôtesses tellement joyeux que vous oublierez ce désagrément qui de plus ne nuit en rien au confort général du vol.

 

INFOS Bagages: Attention, contrairement a ce que peut dire votre compagnie au départ de l'aéroport Français, il se peut que vous ayez a récupérer vos bagages une fois a TOKYO pour le vol "domestique" entre TOKYO et SAPPORO... (bien vous renseigner, en particulier si vous volez avec une autre compagnie que pour le vol international ce qui arrive parfois même si vous avez pris un vol avec une des compagnies citée ci-dessus) - Si c'est le cas, pas d'affolement, rien de compliqué, vous prenez vos affaires sur le tapis, (vos skis seront amenés sur un chariot par un employé au même endroit !), vous allez ensuite a l'aéroport "domestique" en sortant  droite.

 

En arrivant a SAPPORO par contre, vos skis devraient sortir sur le même tapis que vos sacs !

 

 

Aucune description de photo disponible.

 

 

Comment se rende a Niseko ?

IL existe deux moyens: le train et le bus mais le plus simple depuis l'aéroport New Chitotse de SAPPORO, c'est de prendre le bus qui pour 2.600 yens vous déposera au village (il y en a 2 le matin, 4 dans l'après-midi) de ANNAPURI en un peu moins de 3h00 et a celui d'HIRAFU après 3h33 de route.

Les départs de l'aéroport se font a: 9h10 / 10h10 / 11h10 /13h30 / 15h30

Ils repartent de NISEKO HIRAFU a:  8H00 / 10H00 / 14H10 / 15H10 / 16H10.

 

 

 

Les sommets

 

Quelques topos que nous avons réalisés durant ce trip:

 

- MEKUN MAI DAKE: ici

 

- ASAHI DAKE: ici

- Mt.YOTEI: ici

- YUMOTO a ANNAPURI (traversée): ici

- le CHISEN PURI: ici

 

 

Et maintenant, quelques photos en vrac du trip histoire de partager ce moment avec vous...

 

Les "plaisirs" de l'embarquement avec des skis

Bienvenu au Japon !!

Première approche du pays, il faut essayer de comprendre comment marche le métro et les machines automatiques ...

Alors là, c'est sûr on va se faire "assassiner" sur les prix, mais bon c'est notre seul adresse....

Eh bien pas du tout, avec tout le confort, ce sera 39 �  la nuit avec le petit déjeuner à volonté compris !!!

Et bien entendu, comme dans tout établissement Japonais qui se respecte...

Premier repas sur les terres Japonaises, à l'heure où on arrive il faut faire avec... eh bien malgré les apparences, c'est trés mangeable !!

Le lendemain matin, après un petit-déj copieux, la mission consiste à trouver le bus... pour Niseko

Et bien là encore, rien de plus facile, surtout avec l'extrême gentillesse des Japonais qui se plient (au sens propre comme ua figuré) en 4 pour vous aider.

Nous longeons une côte magnifique bordée par la mer et les vagues, "on s'y croirait", putin, qu'est ce que je dis moi, "on y est !

Voilà notre "home", "sweet home", il y fait bon chaud et nous y sommes reçus comme des rois par notre ami Tatsuo !!!

Une première sortie qui part sur les pistes... désertes à cette heureci de la matinée - On y croit pas et pourtant, on va vite se rendre compte que la neige est ausi belle que légére et que les possibilitées semblent infinies !

la nature paraït totalement inviolée... sans commentaires !

Un spectacle incroyable s'offre à nos yeux emerveillés ...

Une trace magique nous conduit de ravins en colline et de crête en vallée perdue, on l'avait rêver, et pourtant on le vit !

Les pentes douces font place aux pentes raides...

Le ciel est bleu et le froid mordant (-18°) mais qu'importe, nous sommes au sommet et la vue sur la mer nous comble !

Bob l'éponge et la Princesse...

Le "voyage" n'est pourtant pas fini puisque après une première descente en "peuf", nous continuons encore un peu sur ce magnifique plateau suspendu ...

Tout çà pour ensuite se plonger dans une descente d'antologie ....

Et c'est ainsi que même les "meilleurs" arrrivent à se mettre des "boites" !!

Les fins de course réservent parfois des surprises avec les nombreuses sources d'eau chaude qui coulent ...

Attendre que le train arrive....

 

****

Au petit matin, on attaque le gros morceau du coin.. le sommet du "Yotei" loin et rarement en conditions; Des locaux ont plantés leur camp de base au pied de la montagne pour tenter l'ascension mais on ne le verra pas de la journée.. 

Si on commence dans la forêt et qu'on poursuit dans des pentes bien propices aux plaques, la fin se situe sur une crête battue par les vents et quaisment toujours gelée, une vrai course complète !

Après quelques heures de "galère" et quelques frayeurs, nous voilà au bord du cratère, le vent qui souffle trés fort balaye tout sur son passage ... il ne reste qu'une petite 1/2 heure pour aller au vrai sommet à moins de faire le grand tour ?

J'ai voulu le faire justement ce grand tour, pour voir, pour admirer, pour rester un peu plus longtemps dans la montagne aussi  ... j'ai courru pour ne pas laisser trop longtemps le reste de l'équipe seule; Le terrain est trés accidenté et il faut faire de nombreux détours, tout çà, pour... çà, parfois la montagne est "bleuffante" !!!

Le Poulpe se "colle au stop".....

 

 

Le Niak décide d'employer les grands moyens, si le "stop" ne fonctionne pas, ce sera par la route, vive les TRAB  !

Peu de temps après, je serai suivis par mes comparses....

Le train ne passe pas par là lui non plus, les bus ne circulent plus à cette heure-ci, c'est à skis et à l'aveuglette que nous retrouverons notre gîte  !!!

 

Heureusement, au retour, Tatsuo avait tout prévu... et ce n'est que le hors-d'oeuvre !

 

Il nous fredonnera même quelques airs dont il a le secret !

 

 

 

Au petit matin, on remet çà, avec une neige fraichement tombé, incroyable !

 

La trace ? c'est une vrai trace malgré la légèreté de la neige !

 

Et plus on monte.....

 

Lorsque montagne se conjugue en famille...

 

 La trace est pour une fois compliquée avec la proximitée de l'océan

qui la rends  plus lourde

 

 JeanMi en pleine action...

 

Le Niak à décider d'en découdre avec cette neige de rêve !

 

Robby quant à lui est déjà dans les entrailes du volcan ...

 

 

 

 

 

Changement de région....

 

Impossible de passer à travers...

 

Quant aux crabes fraichement pêcher...

aux Japonaises fraichement vêtues....

ou aux "effarouchées"....

Quant à nous, il nous faut retrouver notre sérieux et voir un peu les cartes locales, en relief , ou presque ...

Le mauvais temps à sévit toute la nuit... mais nos jours sont comptés pour réaliser nos objectifs, alors nous tentons tout de même de partir pour l'Asaidake !

C'est un sommet compliqué et ce matin, le brouillard est de la partie...

il faut faire vraiment gaffe car on trace au milieu des geysers d'eau bouillante

Parfois on avance non plus à la boussole mais à l'odeur de souffre qui envahi nos narrines, ici, la chûte est plus que jamais Interdite car si les crevasses ne posent pas de problémes, ce sont les "pots" bouillants qui nous attendent !!!

En plus, le froid bat tous les records, les nez se gélent, les paupières aussi,

on ne sent plus nos pieds... la température est vraiment extrême !

Japon ou pôle Nord...?

en tous cas, malgré les conditions "démentes", nous atteignons le sommet mais  vent est terrible et le froid nous transperce malgré les couches de vêtements et de gants que nous avons enfiler...

Par moment il nous est impossible de progresser à skis tellement le vent est fort.

Le bas de le descente par contre, se fait à couvert et protégèe par les arbres qui nous laissent quelques beaux moments de glisse bie mérités !  

Les beaux chalets tout en bois apparaissent tout à coup bien plus petits au milieu de cette masse de neige !

Des épaisseurs de neige qui nous laissent perplexe !

Quant au déneigement... c'est à la main qu'il doit se faire tous les matins !

Le séjour s'achève et c'est avec regret que nous quittons les lieux.

Il faut reprendre le train ...

On retrouve Sapporro, une ville qui bouge malgré sa position géographique, les enseignes lumineuses ont envahies les rues depuis déjà bien longtemps ! 

fas.jpg

Malgré des températures nettement inférieures à 0°, les Japonaises n'ont "pas froid aux yeux"... pardon, aux jambes !

best.jpg

Nous, on se régalera de ce petit "Ramen" impossible à trouver ailleurs qu'au Japon, et c'est un Niak qui vous le dit  !

 

 

jjj.jpg

quant aux Et puis comment ne pas passer par la case "sushis" avant de repartir.

Au petit matin, les Geishas sillonnent les rues aussi matinalement que nous !

Toutes droites sorties d'hotels bien particuliers... où l'on trouve souvent des hommes d'affaires trop pressés pour rentrer chez eux le soir tard... 

 

 

jap.jpg

La belle aventure se termine, il faut rejoindre nos pénates !

 

 



29/12/2006
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres