alarbatte

alarbatte

TRAVERSEE des TAURUS (Turquie - Mars 1997)

Toujours à la recherche de "nouveaux territoires", nous avions besoin d'une semaine (voir de dix jours en cas de pépin) pour traverser ce massif encore peu connu des skieurs Européens.

Aprés avoir fait un rapide bilan avec le peu de cartes disponibles, nous décidons de tenter l'aventure dans le massif des Taurus qui forme une longue barrière de plusieurs centaines de kilomètres au sud du pays (elle s'étends du golfe d'Antalya jusqu'aux confins de la Turquie, non loin de la frontière Syrienne), réputé pour ses longs dénivellés mais aussi pour sa météo peu clémente... bref, le plateau Anatolien nous promet un climat rude du en grande partie à l'air froid qui descends de Sibérie et à la proximitée de la mer Noire qui entrainent des dépréssions abondantes et des vents violents... 

Après quelques heures de route au départ d'Ankara où nous avons été chaudement acceuilli par notre ami Adem, après une route difficile en raison de la neige et d'une chaîne cassée, nous voilà arrivé au coeur du massif, au village de "Güslükuyu", au pied du Mont Hasan, départ de notre raid.

L'ambiance est au rendez-vous !

l'acceuil des villageois (pas plus d'une dizaine à cette époque de l'année) est vraiment génial, pour eux comme pour eux...

Les enfants sont à la fois amusés et surpris, formidable rencontre en tous cas !

Equipement "Patagonia" de rigueur !

 

Les regards parlent d'eux mêmes...

Les visages sont fatigués ce premier soir aprés le voyage depuis Nice, les 6h00 de route, la mise des chaînes sur notre mini bus et les -18° qui nous acceuillent.

Le repas que nous offre nos amis Turcs est un vrai bonheur, partage d'un moment convivial et partage des cultures. 

Au coeur du massif , le ciel est bleu, les sommets enneigés, éspérons que çà dure !

Le village de "Kayirili"

On s'enfonce dans les gorges de "Cimba"...

Le "Demirkazic" (3.230 m) est encore loin et le mauvais temps nous rattrappe vite...

Christine commence à douter malgré le sourire !

Pour sortir du cirque qui est un vrai piége en raison des conditions de neige trés avalancheuses, en plus il faut "jouer" de la carte et de la boussole et d'un feeling...

On essaye la descente versant Nord qui doit nous amener à une petite crête puis aux pentes sommitales S.S.O mais on s'aperçois vite que les risques sont trop importants, la "retraite" est décidée ! 

Décidement la montagne Turque nous montre un visage austére mais le retour dans les villages est toujours accompagné d'un tas de nouveaux amis ! 

Nous partons pour l'Alaca (3.588 m), je trace sans conviction, allez savoir pourquoi...

trouvé la bonne direction avec les cartes Turcs n'est pas chose évidente !

une sacré barrière rocheuse au dessus de nous ...

Je laisse mes amis et fait une tentative dans le couloir main gauche, mais  je pars dans une "plaque" et évite la sanction finale de peu... je reviens par un autre petit couloir en bordure, également expo, oufff !!

En arrivant dans le fond de la vallée, retour à la "vie", je regrette finalement d'avoir voulu bêtement forcé ce passage et mettre le cas échéant tous mes amis en danger pour venir me chercher, mais bon, les choses sont ainis et je ne peux pas réecrire l'histoire, et comme au final tout s'est bien passé...

Nouvelle journée qui commence avec un "ami" villageois qui nous fait l'honneur de nous rapprocher de l'attaque de la course.

La petite "lada" ne pourra pas aller plus loin ...

C'est parti pour 1.800 m de déniv !

le premier vallon nous attends au loin, c'est juste l'entrée en matière...

un beau vallon bien large pour nous mettre en jambe et qui devrait nous mener au plateau des 7 lacs ("Yedi Goller")!

mes compagnons de route abandonnent au col: trop froid, trop de vent,  j'hésite et décide de tenter le sommet en solitaire... 

Après une rude bataille, mon altimétre est formel, je suis bien au sommet de l'Embler (3.725 m), les conditions y sont vraiment dures: vent, brouillard et... -24° au thermo !

Descente du "Yalak Geresi" au milieu des parois calcaires,inoubliables malgré une météo décidement pas avec nous ...

Plus de 12h00 d'efforts depuis notre départ,  nos amis Turcs sont là et nous attendent fidélement depuis 3h00 ... en plus le thé est prêt, un des meilleurs souvenirs de ce raid !

Petite journée de repos, nous voilà au centre de la Cappadoce, ici la "vallèe des Pigeons" et grâce à notre ami  Adem, nous apprenons un tas de choses !

Ici la "vallée rouge" et le village de "Zelve" où les locaux habitaient encore en 1951 !

Même en noir et blanc la Cappadoce ne perds rien de son charme, éspérons simplement qu'elle gardera encore longtemps son authenticité ..

Objectif du jour... vue du ciel , pas tout à fait 4.000 m mais pas loin ! 

Vue plongeante sur "Kayseri" dés les premieres pentes raides (35°

Christiane ne se sent pas bien lorsque nous arrivons au pied du couloir, certainement le fait de voir les pentes supérieures qui se redressent à 45° .

mes seuls compagnons du jour !

une vue exceptionelle depuis le sommet de l'Erciyes Dagi (3.917 m)

Un peu de nostalgie dans le "planté de bâton au retour, c'était vraiment trés beau !

Un dernier regard sur ce beau couloir

Je retrouve Chirstianne sur le plateau, il nous reste encore 700 m de descente à partager . 

 

 

 




0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres